ESS : de quoi parle-t-on ?

Placer l’Homme au cœur du projet, tel est le fondement de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS).

 

Un peu d’histoire…

Apparue au 19e siècle, l’économie sociale est née de la volonté de guider la production des biens et des services à partir des besoins de tous et non de l’intérêt de quelques-uns.

Face aux dégâts engendrés par le capitalisme et la révolution industrielle au 19e siècle, des réformateurs sociaux et des penseurs utopistes cherchent d’autres solutions que la nationalisation des moyens de production. Ils inventent alors une façon collective de produire des biens et des services, en créant des coopératives, les mutuelles puis les associations.

L’économie solidaire apparaît quant à elle dans les années 1970, dans un contexte de chômage de masse, de montée des exclusions et de recherche d’un nouveau mode de développement. Des activités économiques alternatives voient alors le jour. C’est ainsi qu’apparaissent et se développent notamment le commerce équitable, l’agriculture biologique et les circuits courts du producteur au consommateur, les systèmes d’échanges locaux, et les structures de l’insertion par l’activité économique.

Il s’agit d’une économie au service d’un autre développement.

On parle aujourd’hui d’économie sociale et solidaire pour faire référence aux entreprises et aux associations dont la finalité est davantage tournée vers la plus-value sociale ou environnementale que vers la recherche du gain financier. Cette utilité sociale, difficilement évaluable, est au cœur du projet économique des organisations de l’économie sociale et solidaire.

Lorsqu’une entreprise d’insertion remet sur pied quelqu’un en difficulté et le réinsère dans le monde du travail, elle lui apporte un mieux-être, comme à son entourage, et permet à la collectivité d’économiser des allocations chômage ou des minima sociaux. Lorsqu’un agriculteur en bio diffuse moins de pesticides dans l’environnement, il contribue à un meilleur environnement pour tous. Il a donc une utilité sociale, même si celle-ci ne se traduit pas, pour lui, par un revenu supplémentaire.

En Lorraine

En 2006, la  Région Lorraine a inscrit son ambition de « donner à l’économie sociale sa juste place » dans son Schéma régional de développement économique. Aujourd’hui, la Région Lorraine compte plus de 4 700 établissements employeurs de l’économie sociale et près de 67 000 salariés, soit 12,3% du total des salariés privés (données 2014).

Depuis 2010, l’Économie Sociale et Solidaire est prise en compte par la Région Lorraine sur deux volets :

1- Volet économique

En 2010, la Région Lorraine a créé une mission spécifique ESS, au sein du Pôle entreprises (secteur de l’économie sociale, solidaire et des très petites entreprises), s’articulant avec les dispositifs existants pour l’économie « classique » et visant à structurer un travail en réseau, à sensibiliser les milieux économiques et à créer du lien avec les porteurs de projets et futurs professionnels.

Depuis mai 2012, un nouveau Secteur élargi a été constitué au sein du Pôle entreprises – le Secteur de l’accompagnement et du développement des entreprises, dans lequel s’inscrit désormais un Service ESS et entrepreneuriat social à part entière.

2- Volet associatif

L’Économie Sociale et Solidaire est intégrée au sein du Pôle culture, sport, santé et associations – Secteur de la vie associative. Ce Pôle s’ouvre également à d’autres statuts que le statut associatif (SIAE, mutuelles, fondations, Scic etc.).